20/03/2011

ANGINE DE POITRINE

nazim_hikmet2.jpgANGINE DE POITRINE

Si la moitié de mon cœur est ici, docteur,

L’autre moitié est en Chine,

Dans l’armée qui descend vers le Fleuve Jaune.

 

Et puis tous les matins, docteur,

Mon cœur est fusillé en Grèce.

Et puis, quand ici les prisonniers tombent dans le sommeil

quand le calme revient dans l’infirmerie,

Mon cœur s’en va, docteur, 

chaque nuit,

il s’en va dans une vieille

maison en bois à Tchamlidja 

Et puis voilà dix ans, docteur,

que je n’ai rien dans les mains à offrir à mon pauvre peuple,

rien qu’une pomme,

une pomme rouge : mon cœur.

Voilà pourquoi, docteur,

et non à cause de l’artériosclérose, de la nicotine, de la prison,

j’ai cette angine de poitrine.

 

Je regarde la nuit à travers les barreaux

et malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine,

Mon cœur bats avec l’étoile la plus lointaine.

 

NAZIM HİKMET


Source

20:56 Publié dans La Poésie | Tags : nazim | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.